La penthode de puissance du tube ECL82 (ou PCL82), montée en triode présente des caractéristiques intéressantes, en particulier, une bonne linéarité, une tension d’attaque de grille peu élevée et une puissance de sortie suffisante pour de petites applications audio.     Ce tube, prévu pour fonctionner avec des tensions assez faibles et des courants relativement importants, permet de réaliser des amplificateurs à faible impédance de sortie. Cela simplifie la conception du transformateur de sortie ou permet d’attaquer directement  un haut-parleur haute impédance.   L’étage de sortie est un montage “Push-Pull” particulier qui utilise un transformateur de sortie sans point milieu.   Ce montage conserve les qualités du montage PP classique, c’est à dire que  les lampes fonctionnent dans des conditions de symétrie correctes (minimum de distorsion).   SCHEMA Avantages du montage par rapport au Push-Pull classique : - Transformateur de sortie à un seul enroulement primaire. - Aucun courant continu dans le primaire du transformateur de sortie (imposé par le condensateur C11). - Comme pour le PP classique, les 2 tubes de sortie fonctionnent dans les mêmes conditions d’alimentation et de tension de grille. Inconvénients : - Tension d’alimentation double, ici 400 V au lieu de 200 V. - Les tubes de sortie doivent être absolument identiques (même marque, même état d’usure). Haut-parleurs PHILIPS 800 Ohm récupérés sur un ancien récepteur de radio VARIANTE AVEC TRANSFORMATEUR DE SORTIE ET BOUCLE DE CONTRE-REACTION   L’impédance de charge nominale de l’amplificateur est de 800 Ohm. Avec un haut-parleur d’impédance 8 Ohm on devra utiliser un transformateur de sortie de rapport 10.   A la limite (sacrilège ! ?), un petit transformateur ordinaire 230V/24V ou 230V/18V, de quelques VA, suffit pour faire les premiers essais. ALIMENTATION   Chaque amplificateur consomme 40 mA, il faut prévoir une alimentation 400 V - 80 mA (soit 32 Watt) pour un montage stéréo.     Chauffage : pour ECL82  : 6,3 V - 3 A                      pour PCL 82 : 16V - 1,2 A                      soit 20 Watt environ.   Le transformateur utilisé provient d’un ancien poste de radio (Attention : il faut un “gros transfo”, dimension 75 VA !)   En portant les filaments des tubes à un potentiel légèrement positif on supprime presque totalement le bruit de fond.   Essayer la liaison au point A ou au point B pour obtenir le niveau de ronflement le blus bas.   Le bruit de fond est quasiment inaudible :  rapport signal/bruit supérieur à 70 dB.   Une faible contre-réaction, en ajoutant des résistances R15 et R16, permet de réduire les distorsions, en particulier, celles dues au transformateur de sortie.   La contre-réaction diminue la sensibilité de l’amplificateur. La résistance R16 sera donc déterminée pour conserver une sensibilité suffisante.  En l’absence de contre-réaction, la puissance de sortie nominale (3 Watt) est obtenue pour une tension d’entrée de 0,8 V crête à crête (soit 0,28 V efficace). On peut donc perdre un peu de sensibilité au profit de la qualité sonore en installant les résistances de contre-réaction R15 et R16.    Les deux tubes de puissances V1(P) et V2(P) sont attaqués entre grille et cathode par des tensions Vg1 et Vg2 d’amplitudes égales et en opposition de phase. Ces deux tensions sont délivrées par un étage déphaseur cathodyne classique utilisant l’élément triode V2(T).   Le premier élément triode V1(T) est un classique amplificateur de tension.   C’est avec des haut-parleurs à haute impédance que le montage sera le plus intéressant, malheureusement ces haut-parleurs sont très rares. BIBLIOGRAPHIE   Montage inspiré d’un article parru dans LA REVUE DU SON de mars/avril 1957 proposant ce type de montage pour des penthodes.